« Les lieux-dits en ruralité manitobaine... une histoire, un patrimoine, une culture »

Nous sommes fiers de vous présenter un projet de toponymie inspiré par une initiative du Conseil provincial des sociétés culturelles du Nouveau-Brunswick mettant en vedette les communautés rurales du Manitoba français. Depuis septembre 2015, nous avons fait la recherche de lieux-dits de la ruralité manitobaine, d'aînés et d'élèves. Les capsules que vous allez entendre à partir de l’automne 2016 mettront en vedette 34 élèves de 5 écoles de la DSFM (École Jours de Plaine, École communautaire Saint-Georges, École Pointe-des-Chênes, École communautaire Saint-Jean-Baptiste et École Saint-Joachim) et 25 aînés des régions avoisinantes pour raconter des souvenirs de 27 lieux-dits.

Pour écoutez rendez-vous sur ici.radio-canada.ca/lieuxdits 

 

L’ACFM remercie ses partenaires : 

 

L’ACFM remercie également ses bailleurs de fonds : 

 

 

Pour participez à la deuxième phase, remplissez ce formulaire en cliquand ici.

Cliquez ici pour écoutez l’entrevue de Josée Théberge à l’émission Le 6 à 9 concernant le projet Les lieux-dits en ruralité manitobaine (à 7:35).

Pour lire l'article Fenêtre ouverte sur Saint-Jean-Baptiste cliquez ici.

Cliquez ici pour écoutez l'entrevue de Méo Labossière à l'émission Le 6 à 9 avec Martine Bordeleau.

Histoires de Bernard Ayotte de Letellier

« Le village de Letellier n’a pas toujours existé (au même endroit). C’était à 5 miles du village au sud… dans ce temps-là, le monde allait à la messe à Letellier puis ils avaient une grosse croix en ciment. Quand il y a eu l’inondation de 1916, c’est à ce moment là qu’ils ont décidé de déménager le village où il se retrouve aujourd’hui. » Bernand Ayotte, 99 ans, est un homme plein d'histoires fascinantes sur St-Jean-Baptiste, Letellier, Ste-Élisabeth, St-Joseph. Il en parle à son neveux, Roland Ayotte.

Cloche du Couvent Saint-Jean-Baptiste

Lucien Jean talks about the restoration of the Bell of Saint-Jean-Baptiste convent with Calista Weins and Ashley Vermette

École Théobald à Saint-Léon

« L’histoire c’est que durant la nuit, Somerset est venu avec un déménageur de maison et ont déménagé l’école à Somerset. Le village de St-Léon la voulait et ont demandé au même monsieur qui a déménagé l’école à Somerset et la nuit d’après, l’ont ramené à Saint-Léon. » Solange, Richard et Méo Labossière nous parlent de l'histoire de l'École Théobald à Saint-Léon.

La gare de La Broquerie

« Lors de la visite de la Reine en 1970, elle a été emmenée en train à La Broquerie où elle a passé la nuit. C’est toute une affaire pour La Broquerie » Albert Fréchette parle de l'ancienne Gare à La Broquerie avec Adam Vermette, Angèle Grenier, Danica Dandeneau

La Brise Culotte

« À la fin des années 1960,  on a commencé à l’appeler La Brise, un diminutif. Même les médias faisaient référence à La Brise. » Louis Tétrault explique l'histoire derrière le sobriquet de La Broquerie, La Brise Culotte à Catherine Simard, Maxim Tétrault, Julianne Fournier-Boesky

Ferme laitière Balcaen à La Broquerie

« Quand on a commencé, on trayait 15 vaches et quand on a quitté on en trayait 300. Dans une semaine, à la fin, on faisait à peu près 60 mille litres de lait. » Louis Balcaen parle de la Ferme familiale avec Anika Gauthier, Gilbert Fréchette, Taylor Lawless de l'École Saint-Joachim

Magasin général Chez Roger à Saint-Léon

« Ça allait au magasin pour jaser, ils allaient chercher les nouvelles du samedi soir et de la semaine » Solange, Méo et Richard Labossière discutent du magasin général de Saint-Léon

École Inverness

« Quand l’inspecteur venait, il fallait se dépêcher de cacher nos livres français dans nos pupitres » Yvette Fillion parle de l'École Inverness à Letellier avec Calista Wiens de l'École régionale Saint-Jean-Baptiste

Bloc Parenteau à Saint-Jean-Baptiste

« Au premier étage il y avait la banque Canadienne Nationale dans un coin, la poste office dans l’autre coin et un Barber Shop. Et en haut il y avait des suites, avec des gens qui restaient là, environ 5 à 6 suites. Quand le Bloc a brûlé, tout le monde est parti! », explique Albert Duval à Alexandra McCarthy.

Hôtel Saint-Jean-Baptiste

« Initiallement, c’était un service de bière pour hommes seulement. Les femmes étaient excluses. C’est devenu mixte en 1971 » Paul Gilmore discute de l'Hôtel Saint-Jean-Baptiste avec son petit-fils Austin Gilmore de l'école régionale Saint-Jean-Baptiste.

École Saint-Jean-Baptiste Nord

« La maîtresse nous rappelait tout le temps que si quelqu’un frappait à la porte, il fallait cacher nos livres de français et sortir notre livre d’anglais. En général, les inspecteurs venaient une fois par année. Une année, il a dû trouver que l’on était pas très bon, il est resté trois jours. » Germain Vermette parle à Danielle Vermette

Hôtel Pélissier à Saint-Jean-Baptiste

« Bien des gens d’ailleurs et de la ville venaient à Saint-Jean-Baptiste pour la chasse aux poules, rappelle Gilles Sabourin. Ils embauchaient un guide, ils dormaient à l’hôtel et ça buvait beaucoup de bières aussi. » Gilles Sabourin discute de l'Hôtel Pélissier à Saint-Jean-Baptiste avec Patrick Collette.

Garage Sabourin à Saint-Jean-Baptiste

« En 1974, j’ai vendu 84 nouveaux camions et automobiles, ça c’est à part des [ventes] de voitures usagés, de la mécanique et de la tenue de livres. C’était important pour moi ici. J’y est passé dix ans de ma vie sept jours par semaine. » Gilles Sabourin parle de son garage à Kiera Sabourin de l'école régionale Saint-Jean-Baptiste

Lavallée Gravel à Saint-Jean-Baptiste

« Toute l’affaire de Lavallée Gravel c’est toute mon histoire, c’est toute ma famille. Ça veut dire beaucoup » Raymonde Dupuis parle à Kaylee Dixon

Magasin Phil's Grocery à Saint-Jean-Baptiste

« J’avais probablement 9-10 ans quand j’ai été demandé d’aller donner un petit coup de main. Et c’était pour aller placer les cannes sur les tablettes. Fallait s’assurer que les étiquettes étaient bien placées parce que mon père était méticuleux. » Nicole Collette parle du magasin familiale

Aréna à La Broquerie

« Si vous gagnez la saison, on vous construit une aréna ». Yvette Gagnon parle de l'Aréna à La Broquerie avec Tristen Côté, Stéphanie Martel et Émilie Bisson

Magasin Eddy's Store à La Broquerie

« Quand on a acheté le magasin, nous avions quatre enfants. Cinq se sont ensuite ajoutés [...] Toute la famille aidait à faire le travail. » Éva Moquin parle à son petit-fils Darel Bouchard et à Trinity Tourond et Kristelle Sawatzky à propos de son magasin familiale

Fromagerie à La Broquerie

« Il n’y avait pas encore d’électricité. C’était très difficile pour les fermiers de garder le lait froid pendant les 4-5 heures de trajet pour se rendre en ville et être embouteillé pour être mis sur le marché. Souvent, le lait souffrait en qualité. » Léo Beaupré parle de son expérience avec la fromagerie de La Broquerie avec Angèle Grenier, Danica Dandeneau et Adam Vermette de l'école Saint-Joachim

Musée Saint-Joseph

« Les écoles trouvent ça important d’apporter les jeunes afin de les familiariser avec comment les parents et grands-parents vivaient dans le temps afin qu’ils comprennent d’où ils venaient et comment ils se sont rendus ici. » Renald Parent parle du Musée de Saint-Joseph avec Alex Damphousse de l'école régionale de Saint-Jean-Baptiste

Garage Dionne à Saint-Jean-Baptiste

« En quelle année le garage a-t'il fermé? » « En 1990. » « Pourquoi? » « On trouvait qu'il y avait trop de technologie qui s'en venait puis on ne voulait pas trop rentrer là-dedans »  Gilbert Dionne se fait interviewer par Alexandria Tétrault à propos de son garage

Pont Saint-Jean-Baptiste

« Les citoyens étaient contre [la démolition du pont]. L’économie du village y passe, les gens vont à Morris pour s’approvisionner. » Albert Duval parle à Brielle Grenier du Pont de Saint-Jean-Baptiste

Magasin Vermette à Saint-Jean-Baptiste

« On n’avait pas un autobus qui allait à Winnipeg tous les jours, pas d’automobiles, alors le magasin Vermette c’était comme une lifeline. N’importe quoi que le monde avait besoin, ils demandaient à P’tit Pierre puis il allait à Winnipeg. » Juliette Van Den Bosch et Paulette Vermette discutent du Magasin Vermette avec Keison Van Den Bosch

Couvent de Saint-Adolphe

 « J’y suis allée comme pensionnaire, dit-elle. C’était un changement pour moi. Je n’étais plus libre comme je l’étais à Saint-Malo. Je me sentais prise. Il y avait toujours une religieuse avec nous autres, qui nous surveillait. » Cécile Vermette parle à sa petite-fille Kirsten Vermette de son expérience au Couvent à Saint-Adolphe

École Sainte-Geneviève à Saint-Pierre-Jolys et École Iberville à Saint-Malo

« Je me souviens que je restais à l’école la semaine avec les maîtresses parce que mon père trouvait que l’école était trop loin pour me conduire et venir me chercher chaque jour. » Cécile Vermette se fait interviewer par sa petite-fille Ashley Vermette de l'école régionale Saint-Jean-Baptiste au sujet des écoles Sainte-Geneviève (Saint-Pierre-Jolys) et Iberville (Saint-Malo)

École Whitehaven à Saint-Jean-Baptiste

« J’ai commencé l’école en 1952. J’étais la seule personne en première année. Alors la maîtresse a convaincu mes parents que ce serait mieux pour mon développement de me faire répéter mon année, comme ça on se trouverait quatre élèves en grade 1. Je pense que je dois être la première personne dans le sud du Manitoba à avoir inventé la maternelle. » Guy Sabourin parle de l'école Whitehaven (école Saint-Jean-Baptiste Ouest) avec Wyatt Sabourin

Incendie cloché Église Saint-Geneviève

« Monsieur Rosière était en train de regarder la télévision et elle a explosée, mentionne Robert Freynet. Alors c'était une indication que quelque chose se passait. Il a regardé de sa fenêtre et a vu l'église qui brulait. » Roger Legal et Robert Freynet discute de l'incendie du cloché de l'Église à Saint-Geneviève avec Stéphanie Lambert de l'école Pointe-des-Chênes

Église Laurier

« C’était l’église qui marquait la communauté parce qu’elle avait un grand clocher. Elle se trouvait sur un grand terrain. D’un côté, il y avait le presbytère et de l’autre côté, il y avait une salle paroissiale. L’activité de la communauté se faisait là. Tout juste derrière l’église, il y avait une patinoire et un terrain de jeux. C’était l’endroit où se rencontrait la communauté. » Jacques Saquet discute de l'Église Laurier avec Delaney Gamache de l'école Jours de Plaine

Musée Saint-Georges

« Le musée c’est le berceau de la communauté. Il est situé à côté de l’école, à côté de l’église et puis, c’était une bâtisse qui racontait la raison d’être de la communauté. Il y avait aussi beaucoup d’artéfacts que les gens avaient donnés pendant une quarantaine d’années. » Diane Dubé parle avec sa petite fille Kennedy McMullen (École communautaire Saint-Georges)

Magasin général Lavack à Sainte-Anne

« Dans ce temps-là, ça prenait trois jours pour aller à Winnipeg. Une journée pour aller, une journée pour revenir et une journée pour ramasser les effets dans différents endroits de Winnipeg. » Norman Lavack parle du magasin général familiale à Danèle Déquier de l'école Pointe-des-Chênes